Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au fil de l'eau

Publié le par Nours

Au fil de l'eau

Il avait pris une journée de congés pour profiter des derniers moments de douceur, avant que le brouillard humide d'octobre ne prenne définitivement le pas sur les vents chauds de l'été. Une décision prise au dernier moment, sur un coup de tête, comme il aimait le faire de temps en temps, et qui lui donnait la sensation que ce dilettantisme qu'il avait tant gouté et apprécié lorsqu'il était étudiant lui était encore permis. Je pose des congés au dernier moment pour mettre de l'imprévu dans ma vie, donc je suis, se disait-il. Descartes avait fait plus court mais il trouvait un peu réducteur sa conception de l'être. Ceci dit, il ne savait pas non plus grand chose de Descartes.

Il avait proposé à un ami de faire du vélo le long du canal et ce dernier, disponible, avait accepté. Ils se retrouvaient régulièrement le long de ces berges ombragées pour discuter tranquillement de leurs vies, au rythme lent des péniches paisiblement endormies sur ce lit ridé par la brise. Le vélo n'était qu'un prétexte pour se raconter, évoquer leurs peines de coeur, leurs projets et leurs doutes. Ces discussions étaient à n'en pas douter un moment important pour eux deux, l'occasion de vider leur sac pour l'un, de creuser le problème de l'autre, d'y réfléchir en silence, sans chercher à forcément alimenter coûte que coûte la discussion. Comme si le défilement de la route remplissait harmonieusement les vides. Comme si la route participait à la conversation, stimulait la réflexion et donnait parfois même des débuts de réponse.

Après avoir atteint le centre ville, ils avaient quitté le canal pour s'enfoncer au coeur de la cité, ses grands axes, sa population clairsemée, puis ses rues étroites, fraîches, silencieuses, où seul le bruit des pneus remplissait ces canaux ceints de briques. Un citron pressé pris sur une terrasse pour regarder passer les gens tout en appréciant les parfums mélangés des restaurants du coeur pavé de cette ville, leur ville. L'impression fugace de former un tout avec elle et d'être là où il fallait être, ici et maintenant.

Il reprirent leur vélo, pour s'extraire lentement et à regret de cet œil et traverser les grandes rues, telles des colonnes cycloniques, qui les séparaient de leur chemin de retour, en périphérie de ce monde bruyant, avec ses platanes, ses canards et ses coureurs solitaires. Arrivés chez son ami, ce dernier lui avait proposé de venir manger chez lui mais il avait décliné. C'aurait été un moment agréable, mais il ne voulait pas défigurer ce petit jardin japonais qu'il avait construit doucement dans sa tête tout au long de ces deux heures de balade. Il voulait l'apprécier, le déguster silencieusement encore quelques heures avant que le vent ne se lève et n'efface les traces formées dans le sable.

Commenter cet article

Florentin 29/08/2015 18:06

Salut Nours ! Toujours au fil de l'eau ? Faudrait commencer à songer à accoster ...

Nours 29/08/2015 22:23

Tu surestimes mon endurance. Et surtout ma capacité à supporter le mal au cul causé par une selle de vélo...
Promis, je change de braquet et j'essaie d'écrire un nouveau message d'ici Noël :-)

Vénusienne 27/08/2015 08:35

Doux vélo du matin ,,Nours, je penserai a confier notre chien proust

Vénusienne 29/08/2015 22:31

Oui c'est ça ...la chatte s'appelle swan elle est actuellement à Paris très impatiente de retrouver son chat qui se fait attendre

Nours 29/08/2015 22:21

Original comme nom...
Et le chat, c'est Swann ?

Vénusienne 27/08/2015 01:28

J'aime entendre le bruit des cailloux dans les chemins de terre, j'aime pouvoir agiter la sonnette quand on ne veut pas me laisser passer, j'aime les descentes qui vont vite et les montées pour suer. Le vélo nous fait voyager en douceur

Nours 27/08/2015 08:31

En fait j'ai de multiples façons de faire du vélo le long du canal... d'abord telle que décrite dans mon message, mais aussi seul et de manière appuyée pour brûler des toxines (vélo de ville bien lourd qui est très efficace pour cet objectif alors même que je suis dépassé par tout le monde), mais aussi lentement et agréablement avec une amie, ou encore avec l'une de mes petites filles en mode "tour de surveillance", et enfin, seul et torse nu pour sentir l'air frais et les rayons du soleil se disputer ma peau.

On fait du vélo sur Vénus ?

photodilettante 26/08/2015 14:10

juste un coucou, je suis en vacances très déconnectée plus que çà même malgré la pluie non stop...
..en rouge.. no souci ( en anglais dans le texte ) c'est une apparition du père noêl.. à bientôt

gballand 24/08/2015 08:06

Une belle idée que cette promenade - poétiquement évoquée - pour se raconter. Le vélo a des pouvoirs "puissants" ;)
J'aurais tendance à penser comme vous, il y a des moments que la durée peut ternir...

Nours 24/08/2015 21:24

Ce canal, c'est un peu ma chevelure...
Merci pour le détour !

photodilettante 21/08/2015 06:37

en dilettante, j'apprécie la qualité de ta publication tant le texte que la photo..

Nours 21/08/2015 10:37

Quand j'ai parlé de dilettantisme, je savais que ça te ferait réagir. Au passage, je n'aime pas ce mot, dilettantisme. Lourd, un brin militant et revendicateur. Je lui préfère dilettance, qui n'existe pas mais dont la sonorité siérait nettement plus avec son sens....

Florentin 20/08/2015 23:54

Salut, l'ami. Merci d'être passé chez moi. Un peu étonné de te voir faire tienne l'appréciation pessimiste de l'homme que promeut François Mauriac. Mais, bon, on peut, c'est vrai, ne pas ltrouver l'homme plus sympathique que ça. Il est même capable du pire. Mais, bon capable aussi, heureusement, du meilleur. A plus. Pour des choses plus gaies. Sympa et reposante ta balade en vélo. Florentin.

Nours 21/08/2015 10:34

Je suis un misanthrope qui se soigne. Et Mauriac a parlé à mon coté obscur.
Merci pour ce détour par ici.